SONY DSC                       Une albumine contenue dans la graine de pois était connue pour ses propriétés insecticides spécifiques. Des peptides de la même famille, identifiés chez une autre légumineuse : Medicago truncatula, ont un potentiel insecticide beaucoup plus puissant et constituent une piste de choix pour la conception de nouveaux biopesticides.

Chez le pois, la toxine naturellement présente dans la graine qui la protège contre les insectes ravageurs granivores, charançons en particulier. C'est un véritable « venin des plantes », cette toxine a un mode d’action unique, spécifique des insectes : elle inhibe une v-ATPase du tube digestif de l’insecte, principale pompe à protons cellulaire, indispensable pour l’absorption de nutriments. Ce type de molécule à impact moindre, voire nul sur l’environnement et la santé humaine, offre une alternative aux insecticides chimiques, pyrimiphos et/ou deltamethrine, utilisés actuellement pour protéger les stocks de céréales. Ce travail original, initié par des approches fondamentales d’analyse génomique, transcriptomique et phylogénétique se trouve ainsi valorisé par la découverte de nouvelles molécules insecticides. Il a également permis de progresser sur l’histoire évolutive de cette famille de protéines au sein de Medicago tr. et plus largement des Légumineuses.

Pour en savoir plus, rdv sur http://www.inra.fr//