Par similitude avec les constructions à basse consommation d’énergie (BBC) dans l’habitat, les bâtiments d’élevage à basse consommation d’énergie (BEBC) doivent, à travers leur structure, leur organisation et leurs équipements, permettre de minimiser les consommations d’énergie en-dessous d’un certain seuil défini en fonction du type d’élevage et de la zone géographique. Il faut pour cela limiter les dépenses énergétiques via l’exposition et les matériaux de construction du bâtiment, l’utilisation à bon escients des ressources naturelles que sont l’air et la lumière, et la prise en main des outils de régulation d’ambiance. En outre, il est nécessaire de recycler une partie de l’énergie consommée via des systèmes d’échangeurs qui permettent de chauffer des bâtiments confinés ou de chauffer l’eau de la salle de traite.Batiment_elevage2.png

Aujourd’hui, le projet « conception de bâtiments d’élevage innovants à énergie positive », mené par des instituts de recherche du domaine de l’élevage, ambitionne d’adapter la démarche venant du tertiaire (BEPOS) aux bâtiments d’élevage. Il s’agit de réaliser un BEBC et de compenser les consommations d’énergie restantes par la production d’énergies renouvelables (méthanisation, photovoltaïque, combustion des déjections…).

En 2016, le GIE Bretagne et l’ADEME lancent un appel à projet bâtiments innovants InnoBEL Conception Bretagne. Il s’agit de soutenir des projets bâtiments vaches laitières, porc ou volailles mettant en œuvre des innovations pour la maitrise de l’énergie et la préservation de l’environnement. Un maximum de 10 projets sera éligible chaque année. Les aides sont destinées à l’équipe projet incluant concepteurs et constructeurs, ou à la mise en place d’équipements de suivi et de mesure pour l’évaluation des économies d’énergie. Ce projet montre que l’innovation dans le bâtiment passe par une volonté de progrès et une concertation de l’ensemble des acteurs : éleveur, concepteur et les différents corps de métier de la construction.