L’agroforesterie est une technique à part entière, hybride entre une parcelle agricole et une parcelle forestière. Pour les agriculteurs qui souhaitent se lancer, c’est un fort changement technique (et psychologique) dans la conduite de ses parcelles. Il est impératif de bien préparer et mûrir son projet car de ce temps de réflexion découlent grandement la réussite et la productivité d’une parcelle agroforestière. Encore peu d’agriculteurs se sont lancés dans l’agroforesterie, même si leur nombre augmente chaque année. Les échanges de cette journée technique ont permis de donner des points clé à respecter : statut juridique à clarifier surtout si l’agriculteur est locataire, rentabilité du projet…Słoje drzewa pęknięcia

D’un point de vue plus pratique, il s’agit de ne pas se tromper dans le choix des arbres en ne regardant pas uniquement la valeur du bois sur le marché mais aussi son adéquation avec les conditions pédoclimatiques : climat, hydromorphie, teneur en calcaire… Le mélange d’essences a le mérite de réduire les risques liés à ces conditions. Une fois l’essence choisie, il faut encore veiller à bien calculer la densité d’arbres à plante et à bien orienter sa plantation. Enfin, il ne faut pas sous-estimer le temps de travail de plantation et d’entretien des arbres.

Mais compte tenu du côté novateur de ce mode d’agriculture, mieux vaut bien s’entourer ! Il existe une Association Française d’Agroforesterie, l’AFAF (http://www.agroforesterie.fr/index.php) et un nouveau métier commence à se développer : conseillers agroforestiers avec, en pionnier, AGROOF, un bureau d’étude spécialisé en agroforesterie depuis 20 ans.

Rappel : pour plus d'informations sur les bénéfices de ce mode de production, reportez vous au dossier Agro Perspectives de septembre 2011 https://www.agroperspectives.fr/post/L-agroforesterie-ou-comment-associer-arbres-et-cultures-pour-plus-de-benefices