L’écologie du paysage est une discipline importante pour arriver à construire des systèmes agricoles dans une recherche d’utilisation plus importante des processus écologiques. Elle se définit comme « l’étude de la variation spatiale dans les paysages à différentes échelles, incluant les causes biophysiques et sociales et les conséquences de l’hétérogénéité paysagère ». Ici, le paysage est envisagé comme une mosaïque d’éléments et analysé au travers de trois caractéristiques : structure, fonction et changement. Les travaux de recherche sont foisonnants et s’attachent à comprendre la biodiversité en terme d’abondance, de richesse spécifique… en fonction des différents types de paysages (ouvert, fermé, lisière …).Aphid on a leaf a shrub - berberis

Les chercheurs sont majoritairement sur la production de connaissances fondamentales et disposent pour cela de zones ateliers où de nombreuses observations/quantifications sont réalisés : caractérisation spatiale de la biodiversité des sols, lien entre éléments paysagers et abondance/richesse spécifique... Plus récemment, ils s’attachent à les intégrer dans des enjeux de gestion de territoire en participant à des projets de gestion/concertation pilotés par différents acteurs (parcs naturels régionaux …) ou dans l’évaluation de l’efficacité de politiques publics en faveur de la conservation de la biodiversité.

Toutefois, dans cette discipline, la composante « pratiques agricoles » au sein des paysages est encore très peu prise en compte, excepté par le critère « occupation du sol ». Il reste donc encore un gros travail de collaboration à réaliser avec les agronomes afin que l’écologie du paysage puisse être utilisée pour orienter les agriculteurs dans leurs choix de pratiques et leur permettre de mettre en œuvre des systèmes plus agro-écologiques.