mouton3Le Vendredi 13 Décembre, une journée organisée par BASE sur le thème "la clé du pâturage : l'approche flore / sol / plante" a eu lieu en Sologne. L'objectif de cette journée était de montrer les avantages de l'introduction d'un troupeau ovin dans un système céréalier. John Bailey, spécialiste international des systèmes de pâturage et gérant de PatureSens est intervenu ainsi que des agriculteurs ayant franchi le pas et lancé un atelier ovin sur leur exploitation. La production d'ovins sur une exploitation céréalière apporte un complément de revenu non négligeable (120€ /carcasse). Cettte activité secondaire demande cependant du temps de travail (un mi-temps pour 450 brebis), les pics de travail sont par contre complémentaires à ceux de l'activité céréalière et ne viennent pas perturber les travaux de semis et de récolte.

 Un troupeau de Solognot déguste un couvert Biomax avant l'implantation du maïs. 

mouton

 Les systèmes présentés lors de cette journée étaient basés sur une alimentation des brebis par des  prairies temporaires (entre trois et cinq ans) qui tournent sur l'assolement et le pâturage des couverts  végétaux. 

 Le premier avantage de ce système est agronomique. Introduire des surfaces de prairie dans    l'assolement permet d'améliorer la structure de quelques parcelles et d'apporter une solution en cas  de population d'adventices devenue difficiles à gérer.  Le pâturage des couverts permet en plus de  valoriser les tonnes de matières sèches produites et de nourrir le troupeau à un faible coût. Après le passage du troupeau, le maïs peut être implanté au Strip till sans aucune autre intervention.

Ces systèmes intéressants permettent d'avoir un système cohérent où toutes les tonnes de matière sèches sont valorisées économiquement. Leur mise en place nécessite cependant d'avoir un attrait pour l'élevage et de trouver un débouché pour la commecialisation de la viande.