De récents travaux de l'UMR Agroécologie de Dijon ont permis de montrer que les carabes privilégient les graines denses et riches en lipides, celles qui maximisent l’efficacité énergétique de la prédation. Les espèces les plus susceptibles d’être consommées par les carabes sont les capselles bourses à pasteurs, la pensée des champs et le vulpin des champs. Les carabes consomment les graines qui tombent des végétaux en places, pour qu'elles n'intègrent pas le stock du sol.

Les travaux de Jean-Luc Roger spécialiste de la biodiversité fonctionnelle de l’INRA SAD Paysage de Rennes ont montré carabegraineque P mélanarius représente habituellement 80 % des carabes dans une parcelle de grande culture classique.

P mélanarius est un prédateur généraliste, il consomme peu de graines d’adventices. En parcelle de grandes cultures conduites classiquement, l’impact des carabes pour la prédation des adventives sera limité. L’enjeu sera donc de favoriser une diversité d’espèces de carabe pour laisser apparaître des espèces comme Amara lunicollis ou Amara plebeja qui sont exclusivement phytophage. Pour cela, des leviers existent, ils consistent à diminuer l'utilisation d'insecticide et à diminuer la fréquence et la profondeur du travail du sol.