Les limaces sont de ravageurs des cultures. Deux types de limaces sont observées dans les parcelles cultivées, les limaces noires qui vivent en profondeur et les limaces grises qui sont mobiles et vivent en surface. En conditions favorables, la limace grise, est capable de mener une prospection très active : elle parcourt en moyenne 3 m par jour. Les limaces ont tendance à se nourrir au coucher du soleil et à l’aube. Elles sont essentiellement actives la nuit. Les limaces consomment jusqu’à 50 % de leurs poids par jour. Pour autant, la pression limace n’est pas une fatalité, il existe des pratiques agronomiques efficaces pour réduire les dégâts sur les cultures. A l’échelle de la rotation, il est important de ne pas enchainer des cultures appétentes pour les limaces. Le choix des couverts végétaux est aussi important car il peut permettre de réduire les populations avec des espèces comme les moutardes et les féveroles. Un déchaumage bien placé l’été permet aussi de casser le cycle de reproduction des limaces et donc les dégâts sur les cultures d’automne.

Concernant les moyens de lutte, la recherche est aujourd’hui active. Les nouvelles voies s’orientent actuellement vers le biocontrôle afin biocontrole limacede protéger les cultures tout en réduisant l’impact sur la qualité de l’eau et l’environnement. Des produits à base de nématodes sont déjà disponibles mais restent encore onéreux à utiliser à grande échelle. D’autres substances naturelles sont également à l’étude : extraits de plantes, caféine… A une échéance plus lointaine, l’utilisation des principes de l’écologie chimique pourrait compléter le panel de moyens de lutte. L’idée est de provoquer des changements de comportements de la limace par l’utilisation de substances chimiques issus de prédateurs naturels des limaces principalement les carabes. Des effets répulsifs d’extraits cuticulaires de carabes ont d’ors et déjà été mis en évidence. Ces effets pourraient être utilisés dans des stratégies de push pull complémentaires aux moyens préventifs et de lutte biologique.