Neuf agriculteurs bas-normands de l'association Terre de Basse Normandie (certification environnementale ISO14001 à destination des agriculteurs) sont à la base d'un projet casdar qui vise à évaluer les services rendus par la biodiversité à leur activité de production. Une partie de ce projet vise à construire des systèmes qui permettent de préserver la biodiversité, voire de l'augmenter sans dégrader les performances économiques de leur exploitation. Une des premières voies de travail est le choix des couverts végétaux. 

piège

Pour travailler ce vaste sujet, cette association s’est associée aux fédérations locales de Chasseurs pour choisir des couverts performants agronomiquement et qui offrent un habitat et une nourriture suffisante aux espèces animales d’intérêts pour les exploitants. Dix couverts composés d'espèces différentes ont été sélectionné et semé sur trois exploitations. Le suivi de la biodiversité sur les différents mélanges a été basé sur deux méthodes de piégeage et des comptages nocturnes. Les cuvettes jaunes ont permis d’estimer le nombre et la richesse spécifique des populations de pollinisateurs. Les pièges BARBER ont permis le comptage des populations de carabe, ce coléoptère est un bon indicateur de la vie du sol. Les comptages diurnes et nocturnes du gibier ont permis de voir quels couverts étaient les plus appétant et ceux qui offraient un habitat adapté au gibier.

Ces essais montrent globalement que les mélanges composés de 2 à 4 espèces favorisent la biodiversité (pollinisateurs, carabes et gibiers). Les prélèvements de carabe réalisés à l'aide de pièges Barber montrent des populations qui varient de 9 individus dans un couvert de moutarde à 58 dans un couvert d’avoine et de phacélie sur une même exploitation.