La conduite en vêlage précoce est exigeante mais le temps consacré à chaque génisse est plus faible. Elle implique une conduite technique extrêmement rigoureuse. Elle permet de réduire le nombre d’animaux présents sur l’exploitation ce qui permet d’alléger les bâtiments et de limiter les contraintes environnementales. Cela permet également de valoriser plus vite le potentiel génétique des animaux.immuno.jpg

L’ingestion de colostrum est la clé pour bien démarrer l’élevage de génisses et notamment le premier repas. Le colostrum apporte anticorps et nutriments en quantité suffisante sous réserve d’offrir la bonne quantité. Pour cela, il faut l’analyser car il existe une forte hétérogénéité de qualité. Il faut adapter la quantité pour veiller à apporter 200 g d’IgG au premier repas voire proposer un colostrum autre que celui de la mère mais préférentiellement issu de l’élevage pour avoir les anticorps correspondant à l’environnement dans lequel grandira la génisse.

La croissance des animaux doit être suivie régulièrement. Plus l’âge au vêlage est précoce, moins le prix de revient de la génisse est élevé. Une génisse qui vêle à 30 mois sera rentable à partir de 45 mois. Loin d’être une réponse exhaustive à tous les cas de figure, la mise en pension permet de soulager et de spécialiser les naisseurs et d’assurer des performances techniques dans la croissance des génisses.