Agro Perspectives - Agronomie - Diffusion des techniques innovantes en agriculture


Edito

Partager, innover

 
Agroperspectives se veut un lieu de partage d’informations entre agriculteurs, chercheurs et conseillers, afin d’amener le monde agricole à innover vers des systèmes de production écologiquement responsables et économiquement rentables, ceci en ramenant l’agronomie au cœur des réflexions.

Brèves

endureglypho.jpgLe réseau ENDURE, en collaboration avec INRAE et l'université catholique de Louvain, a coordonné et publié le 12 mai un rapport sur les usages du glyphosate dans les 28 États membres de l'Union, ainsi qu'en Norvège, Serbie, Suisse et Turquie. 

À partir de données Eurostat et d'estimations, ils ont établi que 49 427 tonnes de substance active ont été vendues dans ces pays en 2017. La moyenne européenne se situe à 0,20 kg de glyphosate/ha quand le total des herbicides est de 0,62 kg/ha. Le glyphosate peut représenter de 15 à 78% des herbicides utilisés. Les usages par hectare sont les plus importants au Danemark, en Pologne, aux Pays-Bas, au Portugal et en France, et les moins élevés en Turquie, Lituanie, Lettonie, au Royaume-Uni et en Suisse. Ont été recensées huit finalités agronomiques d'usage de l'herbicide, avec une forte variation selon les pays et les cultures concernés : par exemple, contrôle des adventices pour les cultures annuelles. Enfin, les auteurs rappellent qu'il existe des alternatives au glyphosate : biocontrôle, désherbage mécanique, couvert végétal, paillage, diversification de la rotation, semis tardif.

Pour en savoir plus : veilleagri.hautetfort.com/

Actualités recherche

Dejection_insecte.jpgLes élevages d'insectes semblent amener à se développer dans les prochaines années et vont générer de grandes quantités de déjections. Une équipe de chercheurs d'UniLasalle a réalisé une étude sur le potentiel fertilisant de ces déjections en vue de leur valorisation en agriculture. Ils ont comparé sur orge 3 modalités : excréments de vers de farine, engrais minéral NPK et un mélange 50% engrais 50% excréments. En raison d'une minéralisation rapide et de la présence d'éléments sous une forme facilement assimilable, les déjections sont ausi efficaces que les les engrais minéraux pour favoriser la croissance. Par rapport à l'engrais minéral, la concentration de P soluble dans l'eau est 5 fois plus faible en présence de déjections, limitant ainsi la perte et l'adsorption de P dans les sols. En outre, l'utilisation de déjections stimule l'activité microbienne des sols, en particulier avec la modalité mixte engrais/excréments, suggérent un effet synergique entre les deux produits. 

Pour en savoir plus :  https://www.nature.com/articles/s41598-020-61765-x

Dossiers recherche

Chambre de mesures (source: synthèse EFEMAIR)

L’inventaire français des émissions anthropiques de gaz à effet de serre (GES) indique que les émissions de N2O (oxyde nitreux ou protoxyde d’azote) représentent 10 % des émissions totales (CITEPA, 2014). 90% des émissions du N2O sont produites par les activités agricoles (C. LE GALL et al.). Ce gaz représente la moitié des émissions de GES agricoles en France dont 5% issues des déjections animales. Les 45% restants sont issus du processus de dénitrification qui a lieu dans les sols.
N2O est un gaz à très fort pouvoir de réchauffement climatique, de l’ordre de 300 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone et qui intervient dans la destruction de l’ozone stratosphérique (UNEP, 2013). La gestion des émissions de N2O liées à l’activité agricole est aujourd’hui un enjeu pour l’agriculture. Différents projets de recherche ont été menés pour évaluer la capacité microbienne des sols français à réduire N2O en N2 et pour identifier les pratiques agronomiques favorables à la réduction des émissions de gaz à effet de serre par les sols agricoles.

Témoignages

carbone_n_caux.jpgLe projet CEGA est une action originale qui se déroule actuellement en Normandie. Cette action, financée par le Plan Régional Développement Agricole et Rural (AE11), permet la rencontre entre des étudiants d’UniLaSalle, des BTS ACSE du Lycée agricole d’Yvetot et un groupe d’agriculteurs motivé par l’amélioration du bilan Carbone de leur exploitation : le GIEE Carbone’N’Caux. Depuis 2019, les étudiants ont commencé le suivi de 3 plateformes d’essais pilotées par les agriculteurs du GIEE, accompagnés par le Cerfrance Seine Normandie. Cette coopération inédite permet aux agriculteurs de bénéficier de l’expertise des étudiants et des enseignants chercheurs d’UniLaSalle Campus de Rouen afin d’évaluer de manière objective leurs pratiques innovantes. C’est aussi un moyen de présenter leur exploitation et leurs réflexions à de jeunes élèves, futurs agriculteurs, conseillers, chercheurs et enseignants. Et pour l’enseignement, c’est une manière d’enseigner l’agroécologie différente, basée sur du concret qui « parle » aux étudiants. Les résultats présentés dans ce dossier concernent la plateforme permettant l'évaluation de l'impact des produits de biocontrôle sur la vie du sol.